bonjour merci de venir me découvrir sur une autre plateforme
je garde toujours mon ancien blog


venez me découvrir aussi sur mon site de vente


merci et bonne navigation

merci de cliquer sur les ebuzzing :)

vidéo sponsorisé

mardi 29 mai 2012

roman: quand le silence prend la parole (partie 12 fin)


bonjour bonjour
un très long week end en famille sa fait du bien
c'est derniers temps j'ai reçu beaucoup de produits a tester je vous en parle bientot
aujourd'hui la fin de mon roman :) merci beaucoup de m'avoir lu et suivie, de m'avoir encouragé tout du long et d'avoir aimer mon héroïne :)
merci a tous
et pleins de bisous

32
Une question me vient : cette publicité n’ai jamais apparut ?
Annabelle m’expliqua qu’elle était en ce moment en cours de finition. Je fus étonnée sur le moment. Pourquoi me demandait-elle mon aide ?
Notre jeune fille me dit que son projet n’étais pas encore terminé, Luc DIMER le journaliste lui avait montré l’article que j’avais écris sur TOULIER Élisa. Annabelle trouva des similitudes entre l’histoire qu’avais vécu Élisa et la sienne.
Il faut que je vous dise pourquoi j’ai écrit l’histoire de mademoiselle TOULIER. C’est pour que la France connaisse son parcourt et puisse l’aider dans ces recherches contre la mucoviscidose.
Notre jeune fille m’expliqua qu’elle voulait que tous puisse connaitre le désarroi des personnes sourdes et muettes, et comment avec l’aide de Victor, Luc et Alex elle avait pu mettre au point ce projet. C’est la raison pour laquelle, elle m’avait contacté.
Luc lui avait donné mes coordonnées par l’intermédiaire de mon journal, ce qui me fit rire car DIMER avait sans doute du faire des pieds et des mains pour avoir mon numéro de mobile. J’avais explicitement demandé de ne jamais le fournir sauf en cas d’urgence. Le directeur ou ma secrétaire avait jugé le cas de notre jeune demoiselle très touchant et assez urgent, il faudra que je pense à les remercier.
Donc si je comprends bien vous voulez que toutes la France soit au courant de votre projet ?
« C exactmt sa ! ».[1]
Le centre était déjà pourvu en mobile grâce au directeur de la SGTM. Seulement, elle voulait que toutes les personnes malentendantes puissent en posséder un.
Maintenant vous allez sans doute vous demandez, pourquoi seulement les personnes malentendantes et sourdes pouvait l’avoir gratuitement ? La raison est simple : les coûts !
Nous pouvons tous nous procurer un mobile dans n’importe qu’elle téléphonie mobile. Seulement comment une personne muette expliquera t’elle qu’elle souhaite communiquer ?
Je suis même sûr que vous-même au début de ce livre vous vous posiez la question ?
Les personnes malentendantes doivent souvent avoir une tierce personne pour les aider à communiquer, où vivre dans un centre, ce qui n’est pas gratuit. Leur venir en aide, seulement en achetant notre forfait habituel n’est point difficile, n’est ce pas ?
À la fin de cette journée passée avec Annabelle, je la remerciai et lui promis de publier son histoire le jour où la publicité serait diffuser. Notre jeune fille voulait que tous soient prévenus au même instant. Autant les personnes qui regardent la télévision, que celle qui lisent les journaux, où regardes les affiches publicitaires sur les panneaux aux bords des routes.
Avant de partir je lui demandai des nouvelles de Florent.
33
Qu’est-il devenu ?
Notre jeune fille eut le regard sombre a ce moment, elle m’expliqua que son état de santé c’était aggravé, qu’il était décédé il y a six mois à peine, elle apprit la nouvelle et n’avait toujours pas réussit à faire son deuil.
Mais elle était déterminée. Quoi qu’il arrive son projet verrait le jour, pour son grand-père qui l’avait considérée comme une petite fille ordinaire, pour Florent qui avait était l’origine de son idée et avec qui elle avait appris à fournir de l’aide aux autres, à ne pas être égoïste. Aussi pour elle, pour se prouver que malgré tous les handicapes du monde, elle était une fille comme les autres.
Après l’avoir salué, je partie de ce centre, entra dans ma petite voiture verte, démarra et direction mon chez-moi. En chemin, je me remémorai cette semaine passée avec Annabelle, ce nouveau langage que j’appris. Ce nouveau son que j’avais toujours dû mal à supporter : le silence.
Il est vrai que je n’ai jamais pu l’entendre. Je suis une fille qui a vécu dans une famille nombreuse et que j’ai besoin d’entendre du bruit pour vivre. Je me souviens de mon professeur qui m’avait dit un jour, qu’il corrigeait les copies des élèves dans un bar. Le bruit l’aidait à se concentrer.
Je suis pareil ! C’est pour sa quand rentrant dans mon appartement, j’allumai la télévision, la radio et je m’installai à mon ordinateur portable où j’écrivis ces premier mot :
Vous avez un message !

FIN

Remerciement à Yann.


[1] C’est exactement çà !

scrapastuces


Découvrez et gagnez des nouvelles planches de tampons spécial Printemps !
Les "tamponsaddicts" vont adorer cetteScrapastuce qui va leur permettre de gagner cette nouvelle collection de tampons transparents Tampo(Maniak) des Editions Infocrea !

Comment jouer ?
1. Il faut être abonné(e) à la Scrapastuce (en cliquant ici).
2. Postez cette Scrapastuce sur votre blog ou sur Facebook accompagnée d'un mot annonçant le jeu.
3. Envoyez votre confirmation à astuce@creapassions.com de participation avec le mot «Tamponaddict !».

Vous avez jusqu'au 10 juin 2012 à minuit pour participer. Vous pouvez jouer également si vous n'avez pas de blog. L'heureux (se) gagnant(e) sera tiré (e) au sort et remportera ce superbe kit de tampons offert par les Editions Infocrea.
A vous de jouer !

Découvrez et gagnez la collection Un beau jour de Printemps !
Les éditions Infocrea viennent de sortir une collection de papiers avec une planche coordonnée de chipboards au format 15 x 20 cm aux couleurs des beaux jours du Printemps.

Et grâce à cette Scrapastuce, gagnez cette superbe collection !
Comment jouer ?
1. Il faut être abonné(e) à la Scrapastuce (en cliquant ici).
2. Postez cette Scrapastuce sur votre blog ou sur Facebook accompagnée d'un mot annonçant le jeu.
3. Envoyez votre confirmation à astuce@creapassions.com de participation avec le mot «Un beau jour de Printemps !».

Vous avez jusqu'au 8 juin 2012 à minuit pour participer. Vous pouvez jouer également si vous n'avez pas de blog. L'heureux (se) gagnant(e) sera tiré (e) au sort et remportera ce superbe kit offert par Les éditions Infocrea.

dernière minute : La gagnante de la Scrapastuce "Craft Origine" est Laurence de Toulon (83). La gagnante de la Scrapastuce "Pixel art" est Corentine d''Asnières (92). La gagnante de la Scrapastuce "Tamporelle" est Julie. La gagnante de la Scrapastuce "KLMScrap" est Véronique de Marpire (35). La gagnante de la Scrapastuce "Made for me" est Dominique de Claye Souilly (77). La gagnante de la Scrapastuce "Spring ColorConspiracy" est Béatrice de Blace (69).
A vous de jouer !

Découvrez la boutique 4enScrap de Catherine et gagnez un kit de produits
Cathygel, 50 ans cette année, mariée depuis 25 ans, habite Dijon en Bourgogne, où elle vit avec ses 4 hommes (son mari, son fils ainé, son grand rêveur et son petit chéri âgés de 21, 18 et 14 ans). Depuis toujours elle est passionnée de loisir créatif (la peinture à l'huile, l'aquarelle, le point de croix) avant de découvrir il y a 4 ans le scrapbooking qui occupe maintenant tout son temps libre. Très vite, elle s'est rendue compte que s'il y a quelque chose dont elle ne pourrait plus me passer ce sont les tampons. "Après avoir dessiné une dizaine de sets de tampons durant les 2 dernières années ... elle lance aujourd'hui sa propre marque de produits de scrap 4enScrap."
Les produits proposés par 4enScrap sont des sets de tampon clear en photopolymère de grande taille, des matrices de coupe ou die systématiquement assorties aux sets de tampons et des tampons personnalisés ...

"L'équipe créative, dynamique et talentueuse, participe dès la conception des produits pour proposer des outils de qualité, au design contemporain que vous pouvez utiliser pour vos cartes, albums photos, home déco. Tous les produits sont de qualité, fabriqués aux US, en GB et en France. Ils sont uniques au niveau du design et vous ne les trouverez pas ailleurs..."

De nouveaux produits sont proposés 4 fois par an ... c'est donc avec la collection été 2012 que la boutique ouvre aujourd'hui 25 mai 2012 !
Pour découvrir cette nouvelle boutique, rendez vous sur le blog pour suivre les comptes à rebours et les idées de créations qui sont proposées  et surla eboutique qui ouvre ses portes aujourd'hui 25 mai !

à savoir : Cathy connaît bien évidemment les livres Crépassions, elle en possède d'ailleurs plusieurs dontLe scrap en toute simplicitéLes mini albums de Karine qu'elle feuilette régulièrement pour trouver l'inspiration.?

Avec cette Scrapastuce, gagnez un kit exclusif de produits 4enScrap ! 

Comment jouer ?
1. Il faut être abonné(e) à la Scrapastuce (en cliquant ici).
2. Postez cette Scrapastuce sur votre blog ou sur Facebook accompagnée d'un mot annonçant le jeu.
3. Envoyez votre confirmation à astuce@creapassions.com de participation avec le mot «4enScrap dans la Scrapastuce !».

Vous avez jusqu'au 15 juin 2012 à minuit pour participer. Vous pouvez jouer également si vous n'avez pas de blog. L'heureux (se) gagnant(e) sera tiré (e) au sort et remportera ce superbe kit offert par Cathy de 4enScrap.
Bonne découverte de cette nouvelle eboutique de scrapbooking,


jeudi 24 mai 2012

eden

bonjour bonjour
voici mon eden, notre nouveau membre de la famille, il est très joueur et pot de colle lol, par contre il adore le tapis et étant un chiwawa a poil long ben c'est l'aspirateur tous les jours voir deux fois lol, pourtant je le peigne lol, mais bon :)
le voici
bisous



mardi 22 mai 2012

fraisier au crochet

bonjour bonjour
y a un moment je participer au concours de gisèle sur les gourmandises au crochet
et j'avais fait plusieurs gourmandises, notemment celle -ci: le fraisier
un tuto est en ligne

bisous et bonne journée



lundi 21 mai 2012

roman: quand le silence prend la parole (partie 11)

bonjour a tous un long week end en famille sa fait toujours un grand bien, et un nouveau compagnon nous a rejoint dans notre couple: eden un chiwawa a poil long, trop mignon et très attachant :)

voici la suite de mon roman :) bisou a tous


29
Pourquoi trois ?
C’est la question qu’elle posa au directeur, celui-ci lui dit simplement qu’il voulait que le projet soit établis par eux deux et non que par lui. Annabelle trouva se geste fort admirable, l’argent n’étais pas sa préoccupation ?
Elle lui énuméra son idée en deux points :
·         Un mobile pour chaque personne
·         Un forfait gratuit
Cela fit rire le directeur, il savait que notre jeune fille lui aurait cités ces deux points. Alex acquiesça et lui demanda comment ils s’y prendraient pour fournir à chaque individu un mobile gratuitement ?
Annabelle lui répondit : « c’est là où j’ai besoin de votre aide».
Monsieur DURANT lui exposa son idée, son entreprise de téléphonie mobile était l’une des plus importantes de France, son budget avait énormément augmenté mais pas au point de pouvoir fournir gratuitement des forfaits à chaque personne mal entendant. De plus il était évident qu’au départ seul l’établissement serait pourvu, il fallait que le projet soit mis en place avant de « bouleverser » la France.
Annabelle était d’accord. « Avez-vous une idée pour fournir les élèves ? »
Alex lui fit passer une feuille où il était inscrit en haut à gauche : comment aboutir au projet. Il y avait deux colonnes, une avec la mention « ce qui est à envisager » et « ce qui n’est pas judicieux ». La colonne numéro deux était beaucoup plus remplis que la première, sur la première, trois points figurait :
1-      Clients inscrits et nouveaux clients
2-      Reversement de la moitié du forfait pour le projet
3-      Bénéfices
Annabelle demanda au directeur l’explication de son projet. Celui-ci lui établis la situation que je vous résumerais.
Dès qu’un client souscrivait à n’importe laquelle des formules de groupe SGTM, la moitié du prix reversé à la téléphonie servirait à l’achat d’un forfait pour une personne mal entendant. Bien sûr monsieur DURANT expliqua à notre amie que le prix des forfaits mis sur le marché actuellement ne changeraient pas, ainsi les clients resteront fidèles et d’autres souscriront.
Seulement il fallait que les nouveaux clients soient informés de cette nouvelle disposition. Pour cela il avait déjà chargé le programme markéting d’établir une maquette d’affiche qui pourrait être rapidement diffusé, mais un point manquait. Les gens seront plus attractifs avec l’apparition d’une nouvelle publicité à la télévision, pour cela il fallait investir. D’abord trouver une compagnie de pubs qui établirait un scénario et ferait des castings, ce qui prendrait pas mal de temps et beaucoup d’argent.
Annabelle comprit la situation, vu que la rentré des bénéfices seraient minimes, l’investigation d‘une publicité engendrerait du retard quand à l’aboutissement de son projet. Elle ne réfléchit pas longtemps la solution était toute trouvée : elle payera pour la publicité.
Elle émie une condition : les acteurs seraient des élèves de l’établissement, pourquoi chercher ailleurs ce que l’on a déjà. Alex fut d’accord.
30
Le lancement de votre projet était en route ! Vous deviez être fière ?
Annabelle m’expliqua que ce n’était pas un sentiment de fierté qu’elle ressentit, plutôt celui de l’aboutissement, le sentiment d’angoisse disparu.
Après avoir remplis les trois feuilles blanches de leurs idées. Ils prirent congés.
Dans sa chambre notre jeune fille était sereine, elle parla longuement avec Victor et ils convinrent que le lendemain, ils convoqueraient les parents des élèves pour leur demander la permission d’utiliser leurs enfants en tant qu’acteurs dans une publicité qui les aideraient à communiquer avec tous.
Notre jeune fille aurait pu demander qu’aux élèves orphelins seulement l’idée d’inégalité la mettait hors d’elle-même, chacun avait droit de participer à cette évènement.
Ils convoquèrent les parents le samedi suivant, étant en période d’été, ils demandèrent aux élèves et enseignants d’arranger la cour arrière de l’établissement qui se trouvait à l’ombre de grand arbres fruitiers. De cette manières tous pourraient être assis et assister sans se préoccuper de la chaleur qui augmentait en cette saison.
Les parents s’assirent avec leurs enfants et les orphelins se mirent à côtés de leurs amis, Annabelle était radicale quand à cette histoire d’inégalité. Il ne devait jamais avoir ce genre de chose dans le sein du centre. Tous étaient considérés de la même manière.
Les élèves avaient placé une estrade pour qu’Annabelle soit visible de tous, celle-ci faisait un mètre de hauteur ainsi elle pouvait voir tous le monde. Victor s’assit à ses côtés, il traduirait par la voix ce que la directrice expliquerait par les mains.
Notre jeune amie expliqua aux parents son idée et la gentillesse de monsieur DURANT Alex qui acceptait de financer son projet. Ensuite, elle leur fit part de son attention de faire passer un casting à tous les élèves pour choisir ceux qui seront les acteurs principaux. Quand aux autres, elle avait appuyé sur ce point, ils feront tous partis des figurants.
Annabelle m’informa que le nombre d’adepte dans le centre n’était que de trente, soit vingt-six enfants ayant leurs familles et quatorze orphelins. De cette façon, tous pourraient participer.
Vous vouliez que tous participe pour qu’aucuns élèves soient lésé ?
« Oui tt a fé ! »[1]
Annabelle et l’inégalité, il ne fallait pas y associer et encore moins maintenant.
Les parents acceptèrent que leurs enfants participent à cette publicités, ils étaient enthousiaste quand à cette idée et trouver très généreux de la part de la directrice d’englober tous les malentendants du centre et pas seulement une partie.
Ils proposèrent leur aide quand au financement de cette publicité. Annabelle trouva leur proposition très généreuse et accepta volontiers. D’ordinaire elle aurait refusé, mais ils ne lui laissèrent pas le choix. Pour eux ce projet était primordiale quand à l’avancement de la communication entre personnes malentendantes et ceux qui possédaient leur cinq sens.
Les castings commencèrent le lundi suivant. Elle avait contacté, le samedi soir, Alex pour lui parlait de la journée et ils convinrent tous les deux du début du casting.
Le lundi le réalisateur du scénario de la publicité, vint avec plusieurs caméramans pour filmer les élèves.
31
Quels étaient les critères du casting ?
Notre jeune directrice m’expliqua que le réalisateur voulait deux personnes spécifiques, un garçon, une fille, qui auraient de l’assurance, ne soient pas timide fassent aux caméras.
Quel était le scénario ?
Je vais vous le résumer : on verrait un garçon entrain d’écrire sur son portable un message à sa petite amie qui habite très loin. Sur celui-ci il inscrit : répond-moi vite j’ai besoin de te parler. Après la visualisation de se message, on verrait le centre avec pleins d’élèves se parlant en LSF, aucun bruit, aucun son, sauf celui du vibreur du téléphone mobile de la jeune fille, qui sentant son portable vibrer, elle l’expliquerait à ses copines qu’elle vient de recevoir un message et là on la verrait le lire et sourire. A la fin on la verrait écrire un SMS et en grosse lettre au milieu de l’écran s’inscrirait :
SMS : Nouveau langage pour ceux qui ne peuvent s’exprimer.
Pour clore cette publicité, le réalisateur du scripte avec décidé que pour expliquer comment aider ces personnes à acquérir un mobile, il inscrirait un texte court mais explicite pendant 7 secondes à la fin de la publicité visuel.


[1] Oui tout à fait !


mercredi 16 mai 2012

mini cake au citron

bonjour bonjour
voici une recette que j'ai eut envis d'essayer de créer :) et qui est fondante et rapide :) qui épatera tous le monde
mini cake au citron

ingrédients:
150 Gr de farine
50 gr de sucre
1/2 sachet de levure chimique
1 sachet de sucre vanillé
50ml d'huile
1/2 jus de citron
2 oeufs
des caissettes en papiers, ne pas hésiter a les doubler pour la cuisson

préparations:
mélanger tous les ingrédients, préchauffer le four a 180°C, puis versez la préparation a moitié dans les caissette et faire cuire 10-15 minutes

un régale avec un bon thé ou café :)


bonne appétit!!!


mardi 15 mai 2012

roman: quand le silence prend la parole (partie 10)


bonsoir je m'empresse de vous donner la suite de mon roman, ces derniers ont été très difficile, urgence, panne de voiture et j'en passe :(
allez c'est pas grand chose, voici la suite et merci
bisous


26
À son retour de l’hôpital, Victor l’attendait sur les marches du centre. Il attendit que les infirmiers ouvrent l’arrière de l’ambulance et monta lui-même pour faire descendre Annabelle du véhicule.
Les deux compères se souriaient l’un l’autre, notre jeune fille était heureuse de retrouver se centre qui était Sa famille. De plus elle avait hâte de raconter son entrevu avec monsieur DURANT à Victor.
Ils durent contourner les marches et passer par la passerelle réservée aux lits médicaux, poussettes et autres objets à roulettes. Il lui ouvra la porte d’entrée et la conduisit dans sa nouvelle chambre au premier étage.
On y accédait par l’ascenseur réservé seulement pour se genre de situation. Il l’emmena dans l’ancienne chambre de Florent, celle-ci étant plus large, vaste et équipée pour les personnes à mobilité réduite.
Sa lui pincée le cœur de retrouver cet endroit où son ami avait séjourné mais ainsi se dit-elle c’est comme s’il ne me quittait pas.
Victor la laissa s’installer. Se retrouver dans cette pièce la fit devenir nostalgique. Elle se rappela sa première rencontre avec Florent. L’apprentissage d’un nouveau langage, l’utilisation des claviers au sein de l’école et la communication avec les élèves des écoles alentours. Le départ de Florent dans ce centre hospitalier et son idée qui germa à cet instant. La nouvelle de sa mise sous tutelle et de l’argent qu’elle avait en sa possession mais dont elle ne savait que faire.
Annabelle se demanda si finalement se n’étais pas à elle de financer cette idée seulement il lui faudrait une rémunération pour que l’argent puisse rentrer. Toujours cette question d’argent ! Se soucis permanent se mettaient en travers de son idée. Annabelle se sentait désarmais quand elle ressassé se problème. Elle résolu néanmoins d’attendre le rendez-vous avec le directeur de la SGTM pour savoir ce qu’il proposait. Si et seulement si son concept demandait une aide financière pour se lancer, elle parlerait de se qu’elle possédait.
Annabelle m’expliqua qu’elle avait besoin de son capital pour un tout autre projet.
27
De quel projet s’agissait-il ?
« Savé vs k vs avé dja rencntr l directeur ?[1]
-       Quand, répondis-je stupéfaite.
-       C pk le new directeur c mwa ![2]
Annabelle m’expliqua que depuis un temps le directeur du centre se sentait fatigué, parlait souvent de son envi d’arrêter de « passer la main » comme il disait.
La jeune fille le savait et dès que Victor lui parla de la retraite de celui-ci lors de son hospitalisation, elle prit peur. Où irait-elle ? Que deviendrait le centre ? Pour elle il était impensable qu’une autre personne gère le centre.
Elle exposa son envi à Victor de prendre la relève, elle possédait les moyens. Celui-ci ne fit pas étonné au contraire et lui promis de l’aider dans sa démarche.
Démarche qui fut vite mise en œuvre. Le directeur ne fut point surpris, Annabelle et lui en avait longuement parlés. De plus la jeune fille vivait dans l’établissement depuis fort longtemps et s’était toujours investit dans le bon fonctionnement de celui-ci.
Les formalités furent dispensées à Annabelle, c’est le directeur qui se chargea de tous les papiers et avec son tuteur.
Les autres membres du personnel furent satisfaits de cette démarche ?
Tous avaient une part dans ce centre et qu’Annabelle reprennent le flambeau les arrangeaient. Le centre était comme une famille chacun s’y sentant libre. Quand ils apprirent la retraite du directeur, la peur de se retrouver confronté à un responsable sévère ou intéressé que par l’argent les épouvanta. Seulement personne n’avait les moyens financiers pour investir dans cet établissement.
A la nouvelle du nouveau dirigeant, chaque membre du personnel fut satisfait, l’ambiance resterait la même.
Annabelle m’expliqua qu’elle leur avait souscrit une condition. Tout devait rester comme avant, que si une chose n’allait pas c’est à elle (comme avant au directeur) que l’on devrait s’adresser. Ne pas la considérer comme une élève mais comme une partie majeure du centre. Elle avait eu peur que s’ils apprenaient que se s’était-elle, une enfant du centre, des libertés surviennent et que le désordre s’installe.
28
Annabelle a son arrivé convoqua tous le personnels pour faire le point sur toutes les nouvelles dispositions et arrivées qui avaient eu.
Les formalités faites, elle resta seul avec Victor, elle lui raconta son entrevue avec le directeur de la SGTM. L’enseignant fut surpris car après la discussion qu’ils avaient eue il pensait ne plus en entendre parler.
La jeune fille lui demanda d’être son directeur adjoint. Elle avait une totale confiance en lui, il avait toujours était là, il l’avait soutenu dans son projet. Seul lui pouvait continuer à l’aider dans cette démarche. Victor ne réfléchit pas longtemps, accepta la proposition immédiatement. Ils convinrent tous les deux d’aller ensemble au rendez-vous de monsieur DURANT.
L’heure était très tard je dis au revoir à Annabelle. Je revins le lendemain matin très tôt sentant que j’allai bientôt commencer la rédaction de la vie d’Annabelle.
Comment se passa votre entrevue ?
Ce jour là il pleuvait des trombes d’eau, ces roues de fauteuil glissaient, Annabelle n’arrivait pas bien à le diriger. Victor s’y essaya mais le résultat restait idem, la jeune fille décida ce jour de s’équiper de roues adaptées.
Annabelle m’expliqua qu’à l’hôpital ne sortant jamais ces roues étaient adaptées pour l’intérieur et il ne lui en avait pas fournit d’autres.
Ne pouvant se servir du fauteuil et étant en retard, Victor prit une décision radicale. Annabelle est une jeune fille svelte, pas très lourde, il conclut qu’il la porterait. Celle-ci étant à l’ordinaire très fière, ne désirait strictement aucune aide sur ce plan, ne renâcla pas sur sa proposition. Elle ne voulait pas rater son rendez-vous et faire attendre ce directeur qui était revenu sur sa décision.
Il l’a prit dans ces bras, et se dirigea vers l’ascenseur où elle appuya elle-même sur le bouton. Celui-ci n’étant utilisait que par elle, les portes s’ouvrirent immédiatement. En arrivant au rez-de-chaussée, ils s’avancèrent en direction de la porte d’entrée quand il réalisa que sa voiture était garée assez loin.
Ils décidèrent tous deux qu’Annabelle resterait dans la salle d’attente, réservée aux parents, pendant qu’il avancerait le véhicule.
Elle m’expliqua que pendant se temps elle se mit à réfléchir et une angoisse la saisie. Si jamais son projet n’aboutirait pas continuerait-elle de se battre ?
Énormément de question dans se style émergèrent dans son esprit. Elle continuait de se remettre en question quand Victor s’approcha. La voyant dans cet état d’angoisse, qu’elle avait que très rarement, il se posa vers elle et la réconforta. L’enseignant voulait qu’elle se ressaisisse car cette jeune fille est une battante, déterminée, il savait qu’elle irait jusqu’au bout de son projet.
Annabelle regarda les signes émit par son ami, il aurait pu se servir de son boitier électronique mais celui-ci était rangé dans sa sacoche avec celui d’Annabelle. Elle reprit confiance et effaça ses questions sans importance. Elle réussirait coute que coute !
L’enseignant la prit dans ces bras ouvrit la porte d’un coup de genou, Annabelle la poussant de son bras droit et ils coururent vers la voiture, où il avait prit soin de laisser la portière droite ouverte.
Installée sur le siège avant trempé par la pluie, victor fit le tour et démarra aussitôt le véhicule.
Après une heure de route, les deux compères arrivèrent au lieu du rendez-vous. Monsieur DURANT les accueillir à l’entrée de son entreprise un parapluie à la main. Annabelle lut sa surprise quand il vit Victor avec notre jeune fille dans les bras, mais elle n’expliqua pas la raison et fit un signe de salutation à cet homme.
Le bureau d’Alex situé au dernière étage de l’établissement était vaste, il comportait un bureau immense, avec ordinateur, téléphone, dossiers… sur la droite derrière un mur de séparation se trouvait un petit salon où des fauteuils aux dossiers épais et confortables été posés en rond autour d’une table basse.
Victor installa Annabelle sur l’un deux et prit place sur celui à côté, le directeur se plaçant en face de notre jeune fille. Elle remarqua un dossier en double exemplaire mis sur la table avec un stylo.
Victor ouvrit son sac et sortit les deux boités électroniques. Il donna le sien à Annabelle et celui qui lui appartenait au directeur surprit par ce gadget, qui demanda expressément à l’enseignant à quoi il servait et son mode de fonctionnement.
Victor après lui avoir montré toutes les fonctions de l’appareil se rassit et la discussion commença.
Le directeur commença à parler à Annabelle par signe quand la jeune fille lui demanda de se servir du clavier. Elle lui expliqua qu’ainsi il comprendrait pourquoi son désir que chaque personne muette soit équipée de téléphone pour discuter lui soit important. Pour elle le boité fut l’origine de son idée, puis la jeune fille lui dit que s’il n’avait pas apprit la langue des signe comme la majorité des gens il ne pourrait communiquer aussi simplement avec elle.
Alex acquiesça et se servit du clavier pour lui poser les premières questions d’usage : comme comment allez vous ? Etc.
Le directeur après les formalités lui donna un exemplaire du dossier posait sur la table basse, Victor se rapprocha d’Annabelle pour le feuilleter avec elle. Ce dossier renfermait la maquette d’une affiche qui disait :
SMS : nouveau langage.
Ce porte document contenait très peu de feuilles, la maquette et trois autres feuilles blanches.


[1] Savez-vous que vous avez déjà rencontré le directeur ?

[2] C’est parce que le nouveau directeur c’est moi !

vendredi 11 mai 2012

échange marque page brodé

bonsoir a tous
j'ai été très malade ces derniers jours :((((
mais me revoilà
avec un échange de marque page brodé et d'un livre
voici ce que j'ai fais et envoyé a ma swappeuse selon ces gout :)
bisous




aquarelle africaine


bonjour bonjour
pour remercié une amie qui a fais beaucoup pour mon mariage et qui aime tous ce qui a attrait a l'afrique
je lui est peind ce marque page :)
qu'en pensez vous?
bisous
SAM_2344.JPG

lundi 7 mai 2012

roman: quand le silence prend la parole (partie 9)


bonjour bonjour, les vides greniers ont commencé, moi et mon chéri on a trouvé de jolies choses, notamment 2 pouffes imitations cuir, que j'ai juste recousu pour 2 euros l'un et des livres, notamment un pearl buck que je n'avais pas :) , sinon a nouveau malade, je suis épuisé lol
bisous a tous et merci d'étre avec moi :)

23
Une semaine après sa venue, elle reçu la visite d’un journaliste. Surprise elle lui dit de s’assoir. Ce personnage de petite taille, aux cheveux clairsemés, lui expliqua qu’il avait été présent le jour de son accident. Alerté par la sirène du SAMU, il c’était précipité pour voir ce qu’il se passait.
Il fit la rencontre de Victor, lui posa quelque questions et appris l’évènement. Cette personne du nom de DIMER Luc, prit rendez-vous avec l’enseignant pour le lendemain, il voulait en savoir plus sur cet accident et comment il avait su que la jeune fille était tombée.
Luc était rédacteur dans un journal local le C. il écrivait des articles sur les accidents et autres sujets graves. « L’affaire Annabelle » comme il l’aimait l’appeler, l’intéressai.
Par l’intermédiaire de Victor, il sut comment Annabelle avait réussi à joindre son professeur, et les démarches qu’elle avait entrepris envers une compagnie de téléphone. Il voulu en savoir plus sur la raison de cette démarche, et comment la jeune fille voulait s’y prendre. Victor lui donna le numéro de chambre de la jeune fille.
Voilà pourquoi monsieur Dimer se trouvait devant elle. Ayant eu une sœur muette il parlait couramment la LSF. Il lui posa quelque question sur son accident, les sentiments qu’elle avait ressentit, et sur son idée d’un moyen téléphonique ACCESSIBLE A TOUS.
Luc trouva se procédait extraordinaire et tellement simple qu’il se demandait pourquoi personne n’y avait pensé. Annabelle lui nomma les deux raisons du directeur que Victor avait contacté : l’argent et leur handicape.
Le journaliste révoltait lui promis que son article passerait en première page et qu’il ferait tout pour venir en aide à la jeune fille.
Annabelle retrouva de sa vigueur et de sa détermination. Remercia longuement le journaliste. Il lui promit de lui emmenait un article dès la parution du journal. Notre jeune fille se sentit revivre. Son handicape ne comptait plus, les enfants auront peut-être une chance d’avoir un nouveau moyen de communication.
24
Je rentrais chez mois, et j’allai sur mon ordinateur portable pour rechercher l’article publier par DIMER Luc. Je le trouvai après plusieurs recherche, cet homme avait été propulsé sur les marches du succès il y a peu. Il était cité sur chaque article parlant des personnes muettes.
Je découvris aussi un reportage qui affichait en première page de son journal, l’affiche qui trônait sur chaque mur de l’établissement où Annabelle vivait. Seulement tous ces articles paraissaient dans des journaux locaux.
Cet article fit-il bouger les choses ? Je vis plusieurs articles sur la toile qui en parlait mais aucuns journaux important.
Annabelle m’expliqua que l’article parut assez rapidement. Après semaine Luc lui apporta personnellement le journal.
Notre jeune fille le lu immédiatement, impatiente de découvrir cette article qui changerait peut-être l’avenir de ces jeunes.
Je vois que vous émettiez toujours une hypothèse vous ne vouliez pas en être sûr ? Car j’ai vu que beaucoup de journaux locaux montraient l’affiche ?
Annabelle ne voulait pas trop se persuader de peur d’être déçue. Elle avait trop éprouvé de déception pour qu’un autre survienne surtout qu’à cet instant l’avenir semblait lui sourire.
L’article mentionnait une chose qui toucha énormément Annabelle :
« Les enfants muets sont des enfants comme les autres la communication doit être pour tous qu’en pensez-vous ? »
Ce sujet faisait en sorte que les gens devaient raisonner et apporter eux-mêmes leur propre point de vue. De plus contrairement au précèdent article celui-là ne mentionnait pas le terme « argent ».
Annabelle ne voulait pas d’aide financière, seulement qu’une société réagisse et veuille faire bouger les choses. Pour elle, une aide n’était qu’une chose futile que l’on donnait pour certaines personnes. Annabelle voulait que tous profite de cette communication. Bien sûr, elle savait que ce ne serait pas immédiat pour TOUS. Pour que chaque personnes ayant cette handicape aient ce mode de communication, il fallait l’expérimentait sur un groupe.
Ce fût la seule chose dont elle était persuadé.
25
Annabelle sortie de l’hôpital après six mois de rééducation. Pendant ces longs mois Luc avait reçu d’innombrable courrier de personnes qui soutenaient cette idée. Des sociétés de téléphonie l’avaient même contactée mais aucune ne voulait s’investir prétextant d’énormes soucis financiers.
Notre jeune fille était confiante, de nombreux journalistes vinrent l’interviewé à l’hôpital souvent accompagné d’interprète ou parfois Victor servait de second pour notre jeune fille.
Elle avait enfin réussie a accepté son handicape, il devenait pour elle comme une partie de son idée. Annabelle était persuadée que sans cet accident, rien de tout cela ne serait arrivé.
Car c’est arrivé ! Le jour de sa sortie, les infirmiers ouvrirent la porte arrière de l’ambulance, pendant qu’ils s’affairaient à faire de la place pour qu’Annabelle puisse monter - car ils avaient eu une urgence et tous les matériels de soin médicaux se trouvaient encore à l’intérieur.
La jeune fille regardait alentour assise dans son fauteuil, quand une silhouette placée devant l’ambulance et qui la fixait retint son intention. C’était un homme d’une trentaine d’année, cheveux bruns court, bien coiffée, il portait un long manteau qui provenait sans doute d’un grand magasin.il l’a regardé d’une façon qu’Annabelle pensa qu’il la connaissait.
Il ne bougeait pas, il restait plantait là accoudé au capo de l’ambulance, son allure ne convenait pas aux vêtements qu’il portait. Agaçait par son regard insistant, elle défit les freins et roula jusqu’à cet homme.
Arrivée à sa hauteur, il continuait de la regarder, un sourire se dessinait sur son visage, une chose offusquait plus que tout Annabelle, il portait de lunettes de soleil noir sous un ciel gris, ridicule pensa t’elle.
Elle trouva ce jeune fort homme mal polis, bien sûr son handicape n’était pas inscrit sur son visage donc la moindre des choses aurait été un simple « bonjour » or il ne la salua même pas, pas un mot, rien, il restait figé devant elle, le sourire aux lèvres.
Annabelle irritait pas se manque de courtoisie, se remit en route vers l’arrière de l’ambulance, quand elle sentit qu’on la retenait. Le jeune homme avait ces deux mains sur les poignées du fauteuil.
Il plaça lui-même les freins, fit signe aux ambulanciers qui arrivaient pour faire monter Annabelle, de patienter quelques instants. Ils en profitèrent pour prendre leur pose. Ils laissèrent Annabelle seul aux mains de cet inconnu, la colère monta, son regard si calme en temps normal devint agressif. Si elle possédait encore la motricité de ces jambes, elle aurait bondit sur eux tous.
Qu’est ce que cet homme vous voulez ?
« Ce fût très étrange me dit-elle. Plus je le regardais distinctement plus il me rappelait quelqu’un ». Quand à lui il continua de regarder Annabelle dans les yeux, la jeune fille soutint son regard, elle n’était en aucun cas gênée. C’est lui le premier qui tourna la tête. Il se releva et lui présenta une carte :
« Monsieur DURANT Alex, directeur de la SGTM. »
A ce moment m’expliqua notre jeune fille elle sue à qui elle avait à faire. Ce jeune homme était celui qui avait répondu à Victor en lui disant que c’était « de la pure ânerie » d’équiper des sourds et muets d’un appareil de communication vocale. Cet homme était son fournisseur de téléphonie mobile.
SGTM ?
Société Général de Téléphonie Mobile.
Ce monsieur parlait couramment le LSF et expliqua à Annabelle que lorsque son ami avait appelé il fut surpris et cela le rendit assez agressif. Il avait un cousin devenu sourd après une trop longue exposition à une haute puissance de décibels. Il savait le calvaire que son cousin avait eu quand il apprit que plus jamais il ne pourrait entendre. Car dès ce moment ils ne communiquèrent plus. Alex avait dû attendre des années pour oublier ce cousin qui malgré tout restait dans son cœur.
Il avait appris le LSF avec son cousin, seulement le parent d’Alex était tombé en déprime et c’était renfermé sur lui-même.
Quand Victor lui exposa son idée, il fut saisi de stupeur. Comment lui n’y avait-il pas songé ? Lui qui travaillait dans ce secteur et en était le directeur. Si son cousin avait en sa possession un appareil capable de lui ouvrir la voie de la communication, pour sûr il retrouverait goût à la vie.
Mais Alex avait son orgueil et il lui était difficile de remettre le mérite de cette trouvaille à une autre personne que lui. Désormais il voulait aider Annabelle. Mettre son projet à exécution.
Notre jeune fille était stupéfaite par tout ce qu’elle venait apprendre. Seulement son orgueil prit le dessus, elle ne comprenait pas qu’il est attendu son accident pour venir la voir. Sur le moment elle s’imagina qu’il voulait se servir de son image de fille handicapée pour faire fluctuer son commerce. Les gens voyant une fille en fauteuil roulant, sourde et muette, recevant de la main du directeur un moyen de faire communiquer tous les enfants atteins de cet handicape. Voilà une image qui émouvrait le peuple qui prit par la gratitude de cet homme d’affaire s’engagerait dans son service de téléphonie. Et Monsieur DURANT gagnerait beaucoup d’argent sur leur dos.
Ce procédé Annabelle n’en voulait pas.
Monsieur DURANT du comprendre l’idée qu’elle c’était faite car il lui expliqua qu’il ne voulait pas se servir de son image pour mettre en œuvre son dessein. Il lui proposa un rendez-vous qu’elle accepta.
Ils attendirent ensemble que les infirmiers reviennent pour la ramener au centre.

un an d'abonnement a gagner chez lilichouquette


allez y vite :)
Pour participer, un relai fb ou blog et un petit com :)
boutjeu

vendredi 4 mai 2012

robotboy and robotgirl crochet

bonjour bonjour
sa fait longtemps que le crochet n'était plus présent, car ma main ne voulais pas :(
mais allez elle reprend du service et un couple est né :)
vous pourrez trouvez le modèle ici
http://www.tiamat-creations.com/article-crochet-robotgirl-et-robotboy-pocket-103761954.html

bisous et merci !!!!




scrapastuce


Découvrez la nouvelle collection "Spring-a-licious" de ColorConspiracy et gagnez-la !
Vous avez envie de couleur dans votre scrap ? Alors voici la nouvelle collectionColorConspiracy ! Résolument fraîche, douce mais également dynamique, les papiers de cette nouvelle collection sont accompagnés d'un set de 8 cartes recto verso et d'un set de 6 tickets prédécoupés... Le tout fabriqué en France et chez des fabricants éco-citoyen ! 

Avec cette Scrapastuce, gagnez cette superbe collection !

Comment jouer ?

1. Il faut être abonné(e) à la Scrapastuce (en cliquant ici).
2. Postez cette Scrapastuce sur votre blog ou sur Facebook accompagnée d'un mot annonçant le jeu.
3. Envoyez votre confirmation à astuce@creapassions.com de participation avec le mot «I love Spring-a-licious !».

Vous avez jusqu'au 15 mai 2012 à minuit pour participer. Vous pouvez jouer également si vous n'avez pas de blog. L'heureux (se) gagnant(e) sera tiré (e) au sort et remportera ce superbe kit offert par Maya de ColorConspiracy.
A vous de jouer !